Wednesday, 6 January 2010

Don't be there!

If a Martial Arts course teaches you anything, it should be ‘awareness’. This is particularly true if you are hoping to make your training valid for “Self Defence”. I have received many messages from people looking for valid training in this area and they, quite naturally, expect an indication of ‘physical’ methods – punches, kicks, locks, etc., etc.. However, this is only scratching the surface.
To make this clear, here’s a typical question from a man in his mid twenties, “I went to a club the other night and was hit up by a drunk; what sort of training do you advise?” This, of course, is simplistic in the extreme but is indicative of e-mails I continue to get. To many readers my reply may seem ridiculous, patronising or raise a laugh, it is, however, very simple “Don’t go to ‘that’ club!”
“Don’t be there.” is all part of being ‘aware’. If you are ‘there’, and alcohol is served, then you must be ‘aware’ that the risk factor has risen considerably. The ‘risk factor’ rises proportionally to your lack of ‘awareness’ in any particular situation: is alcohol being served; dark and or late at night/early hours of the morning; are you alone or in company of a friend(s); female company; personal or public transport; the area of town; is your Mobile phone activated; have you + friend(s) or girlfriend been drinking, etc., etc., etc..

The first ‘line of defence’ is prevention not ‘intervention’. Here are a couple of quotes from Marc MacYoung http://www.nononsenseselfdefense.com/self-defense.htm

“Safety comes not from physically defending yourself, but not putting yourself into a situation where you would have to.”
“You're best defense is to look at your lifestyle, figure out what kind of threats you are most likely to face, and implement strategies that reduce the chances of them happening."

The following photos are taken from an article I was asked to write for the Italian weekly magazine, "Oggi" (20th of Sept. 2006, N° 38 - Courtesy of RCS Periodici).

The situations demonstrated are, naturally , 'posed', however they are typical of 'assaults' a woman may suffer. These 'responses' are equally valid for men.








In the second situation (on the left), the open palm - between the thumb and forefinger - is used to strike the throat; this is NOT a grab or an attempt at controlling the person.











Notice that in all these situation, the eyes and kneck are primary targets. Women, or anybody of slight physical build, should at all costs avoid attempting to 'fight'; survival and escape is the objective here.






Any 'tool' which may be to hand - the door/car key shown here - can be used as an improvised weapon, a mobile phone being a good example - shown below. Ramming this, or any other object such as a rolled up newspaper into the side of the throat will activate the Carotid Sinus and or the Vagus Nerve.






Here we have the classic 'bear hug'. Any number of Martial Arts advocate elbowing the aggressor in the abdomen and they generally show the person being held moving the arm forward then striking backwards with the point of the elbow. This will fail if the grip is very tight - and most women are physically weaker than men.

It is, however, possible to use the following.

Notice the position of the forefinger in this second photo. Instead of trying to 'make space' by moving the arm forward, then the elbow back, an imaginary vertical line is followed, upwards towards the hip.

Following this upwards, vertical line, automatically causes the elbow joint to fold and this strike may easily connects with any number of Vital Points, C.V. 14, L 13 or G.B 24.








These 'techniques' are extremely dangerous, they should not be 'played around with' and only be applied in extreme situations.



Ne soyez pas là !

Si un cours d'arts martiaux devait vous enseigner quelque chose, ce devrait être la prise de conscience . C'est particulièrement vrai si vous espérez que votre formation soit efficace pour l’« auto défense ». J'ai reçu beaucoup de messages de personnes recherchant une formation valable dans ce secteur et naturellement, elles s'attendent à ce que je leur donne un conseil et une indication basée sur des méthodes physiques des coups de poings , des coups de pieds, des blocages, etc.…. Cependant, ceci représente seulement la surface.

Pour être clair, voici la question typique d'un homme d’une vingtaine d’années, « je suis allé dans un club l'autre soir et j’ai été frappé par un type complètement ivre ; quelle formation en matière d’auto défense me conseilleriez vous? » Ceci, naturellement, est simpliste à l'extrême mais c’est indicatif des emails que je continue à recevoir. Ma réponse peut vous sembler ridicule comme d’ailleurs à beaucoup de lecteurs, ou dénoter une attitude supérieure ou bien tout simplement faire rire, elle est, cependant, très simple « n'allez pas dans ce club»

Ne soyez pas là, prend toute sa valeur, et signifie être « conscient et averti » si vous êtes dans cet endroit et que l’alcool est servis, alors vous devez être conscient que le facteur risque est considérablement élevé. Le facteur risque `' croît proportionnellement à votre manque de conscience, votre manque d’attention `' dans toutes les situations particulières, que l'alcool soit servi ; le soir ou tard dans la nuit/ tôt le matin ; que vous soyez seul ou en compagnie d'un ami ; en compagnie féminine ; dans les transports en commun ou bien dans votre propre voiture ; en ville ou ailleurs ; que vous soyez avec 1 ou + amis ou avec votre petite amie pour aller boire un verre, etc., etc.….

La première ligne de ` défense est la prévention pas le passage à l’acte'. Voici quelques citations de Marc MacYoung http://www.nononsenseselfdefense.com/self-defense.htm.

Se protéger, se mettre en sécurité n’est pas ici uniquement le résultat d’un acte de défense physique, mais surtout de veiller, d’être attentif à ne pas se mettre dans une situation où vous devriez l’utiliser. »

« Votre meilleure défense doit regarder votre style de vie, comprendre quel types de menaces seraient pour vous les plus probables et auxquelles vous devriez faire face et mettre en application les stratégies qui pourraient réduire les possibilités qu’elles se produisent. »

Les photos suivantes sont prises d'un article que j’ai écris sur l’invitation du magasine hebdomadaire italien, « Oggi » (le 20 septembre 2006, N° 38 - courtoisie de RCS Periodici).

Les situations démontrées sont, naturellement, « posées », toutefois elles sont typiques des « assauts » qu'une femme peut subir. Ces « réponses » sont également valables pour les hommes.

Texte photos :Text photos
Dans la deuxième situation (côté gauche), la paume ouverte entre le pouce et l'index est utilisée pour heurter la gorge ; ce n'est pas une prise ou une tentative afin de contrôler la personne.

Chaque « outil » que l’on peut tenir en main tel que démontré ici, par exemple, une clef de porte/voiture peut être employé comme arme improvisée, un téléphone portable est aussi un bon exemple comme vous pouvez le voir ci-dessous. La frappe au cou au niveau de la carotide avec n'importe quel autre objet tel qu’un journal roulé créera une réaction.

et ou le nerf vague.

Ici nous avons « l’étreinte de l’ours » classique. Nombreux arts martiaux préconisent d’écarter l'agresseur de l'abdomen et montrent généralement la personne qui étant tenue déplace le bras vers l’avant et qui frappe vers l’arrière avec le coude. Ceci échouera si la prise est très serrée et la plupart des femmes sont physiquement plus faibles que des hommes.

Il est, cependant, possible d'employer ce qui suit

Notez la position de l'index dans la deuxième photo. Au lieu d’essayer de créer un espace en faisant avancer le bras, puis de frapper avec le coude en arrière, une ligne verticale imaginaire est suivi vers le haut puis dirigée vers la hanche. Suivant cette ligne verticale vers le haut celle-ci fait automatiquement plier l'articulation du coude et peut permettre de frapper avec le coude et d’atteindre facilement nombre de points vitaux, comme V. C.14, de F 13 ou de V.B 24.

Ces « techniques » sont extrêmement dangereuses, et ne doivent pas être utilisées à la légère mais seulement être appliquées dans des situations extrêmes.

Self-Defense
www.nononsenseselfdefense.com
What is self-defense and where can I learn it?
Share

Tuesday, 5 January 2010

The Real Deal.

I have been insisting for years that the methods available in the average Martial Arts school do not automatically translate to Self Defence. That is not to say that the information they teach, ‘forms’, Katas, Jurus, Qigong etc., are invalid but attempting to ‘apply’ this training exactly as it is learned will fail in an extreme situation as there are factors in a ‘real’ scenario that are rarely considered.
In a ritualized encounter the aggressor will ‘puff’ himself up, chest expanded, face and ears red, fists clenched, eyes wide, he may begin to sweat and his voice will be loud and shrill. Generally, he will begin by showering you with invectives and insults, most of them using foul language often of a ‘sexual’ nature, all symptoms of his intent to intimidate and assert his control of ‘territorial rights’; “You looked at my wife/girlfriend!” or, “That parking space is mine!”. This person may indeed attack and hurt you but he is still ‘normal’ or, if you will, ‘human’. In all probability, once his ego has been placated and he is satisfied that you are ‘submissive’, the attack will stop as his goal of the dominant, ‘Alpha Male’, has been reached.
The person described is in a ‘ritualized’ state and without doubt dangerous, however, he has nothing whatsoever in common with a man or woman who is in ‘survival mode’. A person who switches to this state may do so spontaneously on perceiving extreme physical danger or may have been taught to enter into it at will through training in certain Martial Arts methods.
This ‘state’ manifests itself physically – the face and ears become pale, almost grey and pasty looking, the pupils of the eyes become small and may take on a glazed, distracted look. The jaw will retract, the shoulders will drop, the chest will concave and the body as a whole will ‘contract’. The voice, should he or she say anything at all, will be low in both volume and tone, or may resemble the whine or growl of an animal.
Here we are dealing with somebody who has no interest in ‘competition’ or ‘winning’, they will react without any warning and with the upmost ferocity should there be no alternative. It make little difference how big the attacker is, whether he has studied Martial Arts or how ‘macho’ he appears, the intended ‘prey’ will react using anything and everything at his/her disposal to ‘survive’, incapacitating the attacker as quickly as possible. I have seen a woman do exactly this when she and her daughter were threatened. This, to my mind, is what Self Defence is all about.

J’insiste depuis des années sur le fait que les méthodes en vigueurs dans certaines écoles d'arts martiaux ne traduisent pas automatiquement le concept de défense personnelle . Cela ne veut pas dire que l' enseignement, des (formes, Katas, Jurus, Qigong) etc., n’ est pas valable mais que s’il on s’en tient au principe de « appliquer » cet enseignement exactement comme il a été transmis alors, il est probable que cela échouera dans une situation extrême car il y a des facteurs dans une réelle situation d’agression qui sont rarement considérés.

Dans l’altercation le comportement de l’agresseur peut se traduire par des agissements tel que, vous respirer fortement au visage, s’avancer la poitrine en avant avec le visage et les oreilles rouge de rage, les poings serrés, les yeux exorbités par la colère, il commencera à transpirer et il se mettra à hurler de manière forte et aigue. Généralement, il commencera à vous importuner avec des injures et des insultes. La pluparts des agresseurs utilisent un langage violent souvent de nature sexuelle ainsi que tous les moyens pour vous intimider et affirmer leurs contrôle sur vous et sur leurs territoire. il vos provoquera avec des phrases comme « tu as regardé ma femme/fiancée » « cette place de parking est à moi » Cette personne peut en effet vous attaquer et vous blesser mais (il est normal ou, humain). Plus que probablement, une fois que son ego sera calmé et qu’il sera satisfait de vous avoir soumis, l'attaque s'arrêtera, vu que son but, celui de mâle alpha dominant, a été atteint.

La personne décrite est dans un état ritualisé et il est de ce fait sans doute dangereux, cependant, il n'a rien à voir avec un homme ou une femme qui se retrouve malgré lui en condition de survie. Une personne qui aurais la capacité de passer en mode survie pourrais spontanément percevoir le danger physique extrême ou bien avoir pu l’apprendre en se formant à certaines méthodes d'arts martiaux. Cet état se manifeste physiquement le visage et les oreilles deviennent pâles, le regard presque gris et pénétrant, les pupilles deviennent étroites et les yeux peuvent prendre un aspect vitreux . La mâchoire se rétractera, les épaules tomberont, la poitrine rentrera et le corps dans son ensemble se contractera . La voix, si lui ou elle parle, sera basse en volume et tonalité, elle ressemblera au gémissement ou grondement d'un animal.

Ici nous avons à faire avec quelqu'un qui n'a aucun intérêt pour la compétition ou la victoire aux points, ils réagirons sans aucun avertissement et avec la plus grande férocité et il n’y aura aucune alternative. Elle ou lui ne fera aucune différence sur la morphologie de l'attaquant , grand, ou tout aussi fort qu’il soit, s'il a étudié des arts martiaux ou si c’est un macho (la proie qu’il s’était choisie réagira en utilisant n'importe quoi et tout à sa disposition) « pour survivre », en frappant l'attaquant aussi rapidement que possible. J'ai vu une femme qui fit exactement ceci quand elle et sa fille furent menacées. Pour moi, c’est de cela qu’il s’agit quand on parle de Self Defence.

Monday, 4 January 2010

What's in a name?

What’s in a name?



Over the last month or so, I have received a barrage of e-mails from people asking for information on my ‘history’. By this, they mean, ‘who’ have you studied with and for how long. Those who have written to me have no doubt noticed that apart from a general overview of the methods I was taught and teach, I have not included a list of instructors with whom I have trained on this Blog or on my Video Clips.
The majority of teachers do indeed provide this sort of information, however, in doing so there is a problem. There is a tendency, particularly among inexperienced practitioners, to associate ‘capacity’ (real or presumed) with those from whom one has received training. This is obviously ridiculous. The fact that I (or anybody else) have studied with a famous teacher does not validate my capacity, or, suppose that one has studied with a teacher who is unknown, using this ‘capable by association’ syndrome is equally redundant.
Making information public on ones ‘history’ is a double edged sword and probably solicits one of two reactions: as the person with whom you have trained is famous (or at the very least, well known), you, for some mysterious reason reflect his or her capacity. Or, incomprehension should your instructor be unknown to the Martial Arts community in general. Sadly, this leads to the inevitable conclusion that those who apply the ‘capable by association’ equation, draw conclusions based on their incapacity to evaluate what is right under their noses.
Jou Tsung Hwa, who I had the pleasure of meeting in 1993, freely admitted that not one of his teachers were famous and that for many, many years he hadn’t had a teacher at all. He further observed that “Experience cannot be transferred. You must experience things for yourself.”


Références ?

Le mois dernier, j'ai reçu un tas d’emails de personnes me demandant des informations sur mon histoire, il désiraient obtenir des confirmations sur des questions telles que « avec qui avez vous étudié et pendant combien de temps ». Ceux qui m'ont écrit ont sans doute noté qu'indépendamment d'un panorama général des méthodes apprises et que j’enseignent, je n’ai pas inclus de liste d'instructeurs avec lesquels j’ai eu l’occasion de m’ entrainer ni sur ce blog ni sur mes clips vidéo.

La majorité de professeurs fournissent en effet ce genre d'informations, cependant, dans cette manière de faire résulte un problème. Il y a une tendance, en particulier parmi les pratiquants inexpérimentés, d'associer la capacité (vraie ou présumée) de la personne à celle de celui ou de ceux on transmis la formation. C'est évidemment ridicule. Le fait que moi-même (ou quiconque ) ai ou ayons pu étudié avec un professeur célèbre ne valide pas ma capacité ou la leur, ou l’on peut aussi bien supposer d’avoir étudié avec un professeur inconnu, donc dans ce second cas utiliser le syndrome « capable par association » est également superflu.

Rendre public les informations de son propre parcours se révèle à double tranchant et sollicite deux réactions : si la personne avec laquelle vous vous êtes formé est célèbre (ou pour le moins, bien connu), alors dans ce cas pour une raison mystérieuse vous reflétez ses capacités, ou bien le contraire dans le cas votre instructeur est inconnu à la communauté d'arts martiaux en général.

Tristement, ceci mène à la conclusion inévitable que ceux qui appliquent l’équation « capable par association », aspirent à des conclusions basées sur leur incapacité d’évaluation et ne décerne pas le vrai du faut même sous leurs nez.

Jou Tsung Hwa, que j'ai eu le plaisir de rencontrer en 1993, a librement admis que aucun de ses professeurs étaient célèbre et que durant de nombreuses années il n'avait pas eu de professeur du tout. Plus tard il fit observer que « l’expérience ne peut pas être transmise ». Vous devez expérimenter les choses par vous-même.