Monday, 4 January 2010

What's in a name?

What’s in a name?



Over the last month or so, I have received a barrage of e-mails from people asking for information on my ‘history’. By this, they mean, ‘who’ have you studied with and for how long. Those who have written to me have no doubt noticed that apart from a general overview of the methods I was taught and teach, I have not included a list of instructors with whom I have trained on this Blog or on my Video Clips.
The majority of teachers do indeed provide this sort of information, however, in doing so there is a problem. There is a tendency, particularly among inexperienced practitioners, to associate ‘capacity’ (real or presumed) with those from whom one has received training. This is obviously ridiculous. The fact that I (or anybody else) have studied with a famous teacher does not validate my capacity, or, suppose that one has studied with a teacher who is unknown, using this ‘capable by association’ syndrome is equally redundant.
Making information public on ones ‘history’ is a double edged sword and probably solicits one of two reactions: as the person with whom you have trained is famous (or at the very least, well known), you, for some mysterious reason reflect his or her capacity. Or, incomprehension should your instructor be unknown to the Martial Arts community in general. Sadly, this leads to the inevitable conclusion that those who apply the ‘capable by association’ equation, draw conclusions based on their incapacity to evaluate what is right under their noses.
Jou Tsung Hwa, who I had the pleasure of meeting in 1993, freely admitted that not one of his teachers were famous and that for many, many years he hadn’t had a teacher at all. He further observed that “Experience cannot be transferred. You must experience things for yourself.”


Références ?

Le mois dernier, j'ai reçu un tas d’emails de personnes me demandant des informations sur mon histoire, il désiraient obtenir des confirmations sur des questions telles que « avec qui avez vous étudié et pendant combien de temps ». Ceux qui m'ont écrit ont sans doute noté qu'indépendamment d'un panorama général des méthodes apprises et que j’enseignent, je n’ai pas inclus de liste d'instructeurs avec lesquels j’ai eu l’occasion de m’ entrainer ni sur ce blog ni sur mes clips vidéo.

La majorité de professeurs fournissent en effet ce genre d'informations, cependant, dans cette manière de faire résulte un problème. Il y a une tendance, en particulier parmi les pratiquants inexpérimentés, d'associer la capacité (vraie ou présumée) de la personne à celle de celui ou de ceux on transmis la formation. C'est évidemment ridicule. Le fait que moi-même (ou quiconque ) ai ou ayons pu étudié avec un professeur célèbre ne valide pas ma capacité ou la leur, ou l’on peut aussi bien supposer d’avoir étudié avec un professeur inconnu, donc dans ce second cas utiliser le syndrome « capable par association » est également superflu.

Rendre public les informations de son propre parcours se révèle à double tranchant et sollicite deux réactions : si la personne avec laquelle vous vous êtes formé est célèbre (ou pour le moins, bien connu), alors dans ce cas pour une raison mystérieuse vous reflétez ses capacités, ou bien le contraire dans le cas votre instructeur est inconnu à la communauté d'arts martiaux en général.

Tristement, ceci mène à la conclusion inévitable que ceux qui appliquent l’équation « capable par association », aspirent à des conclusions basées sur leur incapacité d’évaluation et ne décerne pas le vrai du faut même sous leurs nez.

Jou Tsung Hwa, que j'ai eu le plaisir de rencontrer en 1993, a librement admis que aucun de ses professeurs étaient célèbre et que durant de nombreuses années il n'avait pas eu de professeur du tout. Plus tard il fit observer que « l’expérience ne peut pas être transmise ». Vous devez expérimenter les choses par vous-même.